5 idées reçues sur le rameur

choisir le rameur

Le rameur fait partie des appareils de cardio fitness les plus efficaces, tant en termes de calories dépensées, que de muscles sollicités. C’est bien simple, toutes les parties du corps travaillent ! Et pourtant, bien que le rameur soit de plus en plus adopté dans les salles de sports et devienne de plus en plus tendance, il souffre encore de nombreuses idées reçues, que nous allons essayer de combattre au sein de cet article.

Le rameur, ce n’est que du cardio

idées reçues sur le rameur 2

Le rameur est un excellent appareil de cardio, c’est indiscutable. En faisant régulièrement du rameur, vous bénéficiez d’un très bon entraînement cardio vasculaire… mais ce n’est pas tout ! Les séances de rameur sont très complètes, et permettent un entraînement complet du corps. Le rameur associe parfaitement le développement de la force musculaire et le cardio. Le choix de la résistance couplé au rythme de rame permet notamment d’accentuer plus ou moins l’un ou l’autre : plus de force, ou une meilleure endurance. N’oubliez également pas que faire du rameur permet d’améliorer la posture d’une manière générale.

Sur un rameur, il faut aller vite

Sur un rameur, il n’est pas nécessaire d’aller le plus vite possible en faisant exploser le compteur des coups par minute. En effet, en séance continu, il est même préférable de garder un rythme modéré (22 coups par minutes par exemple), en mettant assez de puissance et d’explosivité sur chaque coup de rame, tout en effectuant un retour à la position initiale de manière plus lente. Et aussi, rien ne sert de choisir une résistance trop élevée (à moins que vous souhaitiez augmenter votre force physique). Bien entendu, dans le cadre de séance de fractionné, il est normal d’alterner des moments à très haute intensité, très rapides, (parfois 34 coups par minutes) avec des moments à très faibles intensité (18 coups par minutes).

L’aviron est trop intense pour les muscles du dos et du haut du corps

Là encore, le rameur souffre souvent d’une idée reçue selon laquelle il nécessite une grande force musculaire au niveau du dos et du haut du corps. Cela est faux : si vous avez mal au dos, aux épaules, plus globalement dans le haut du corps, c’est que votre posture n’est pas bonne. Bien sûr, les deux ou trois premières séances peuvent être plus difficiles au niveau des épaules / dorsaux, car votre corps n’est pas habitué au mouvement, mais ces douleurs doivent complètement disparaître dès la deuxième semaine de rameur.

Les muscles sollicités par le rameur sont très nombreux : près de 90% des muscles de notre corps sont travaillés ! Sachant que de nombreux articles permettent de connaître les principaux muscles travaillés avec le rameur, on ne va pas vous en faire une liste complète ici. Mais retenez que faire du rameur n’est pas fondamentalement plus difficile pour une zone du corps en particulier. En effet, toutes les parties du corps et les muscles participent de manière proportionnée aux différentes phases du mouvement de rame. Par exemple, la poussée nécessitant le plus de force, ce sont les jambes qui font tous le travail (les jambes contiennent les muscles les plus puissants), tandis que les bras terminent seulement le mouvement, ce qui nécessite moins de force.  Et c’est justement une des grandes forces du rameur.

Le rameur fait grossir les cuisses

Voilà une autre idée reçue sur le rameur : ça fait grossir les cuisses et les jambes ! Cela est totalement faux. Faire du rameur n’a pas vocation à cibler une zone du corps particulière, et encore moins à développer le volume musculaire d’une zone précise. L’avantage du rameur est que son mouvement permet de travailler uniformément toutes les parties du corps, en longueur. Faire du rameur a donc plutôt tendance à affiner la silhouette. Bien sûr, faire du rameur en fractionné, en mettant une grande énergie dans le coup de rame et avec une grande résistance peut entraînement une augmentation du volume musculaire… mais c’est que vous l’aurez voulu ! En faisant du rameur dans le cadre de séances en continue ou en fractionné avec une résistance faible ou moyenne, aucun risque de grossir des cuisses

Plus la résistance est élevée, meilleur est l’entraînement

Là encore, c’est une idée reçue : le choix d’une résistance élevée n’est pas synonyme d’un entraînement de meilleure qualité. En réalité, cela dépend de votre objectif. Généralement, pour des séances de cardio ou avec objectif de perte de poids, il n’est pas nécessaire de garder une forte résistance. Bien sûr, mettre une résistance plus forte durant une petite séance de fractionné est possible pour bruler des calories, mais pas obligatoire. Les résistances plus élevées sont à privilégier seulement si vous souhaitez particulièrement prendre de la force physique et du volume musculaire. Mais dans ce cas, le rameur est-il l’appareil qui vous correspond ?

 

Read Previous

Professionnels : Quels avantages à exercer sous la forme d’une société ?

Read Next

La notification push : l’outil marketing ultime

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *